LA MEDITATION

La méditation dans le Zen : zazen, seulement s’asseoir

La plupart du temps, nos vies sont agitées. Notre esprit est confus, nous sommes tendus. Stress, anxiété, mal-être : ces souffrances, engendrées par notre monde moderne, restent trop souvent sans réponse. Les conflits intérieurs et les émotions négatives nous tourmentes. Insatisfait, nous avons le sentiment qu’il nous manque quelque chose : quel sens donner à notre vie ? Sans cesse, nous courrons après un hypothétique bonheur. Parfois nous croyons l’avoir atteint mais jamais il ne dure parce que, comme disait Bouddha, toute chose est éphémère. Alors, notre esprit devient compliqué, notre corps se fatigue

Dans le bouddhisme Zen, la méditation assise est silencieuse et sans objet. Cette méditation est appelée « zazen » : seulement s’asseoir. Elle est issue d’une tradition millénaire. Depuis Bouddha, les enseignements et les instructions des maîtres Zen se sont transmis de génération en génération. Ce sont ces mêmes instructions que nous suivons encore aujourd’hui.

Assis en zazen, le regard est tourné vers l’intérieure. Dans le silence et la tranquillité, notre cœur s’apaise et le flot de nos pensés se calme. Peu à peu, notre esprit et notre corps se détendent. Les portes de nos sens restent ouvertes sur la réalité du monde qui nous entoure. Pour autant, les pensées, les sensations ou les émotions qui apparaissent à la surface de notre conscience n’y adhèrent plus et disparaissent naturellement d’elle même, sans notre intervention. La respiration est fluide. L’unité entre le corps et l’esprit est rétablie, notre énergie circule mieux. Notre esprit devient clair, nous voyons les choses telles qu’elles sont. En devenant intime avec nous-même, nous devenons aussi intime avec tout l’univers. Nous comprenons que tout est lié, nous sommes plus attentif aux autres existences. Notre vie est paisible et heureuse, le manque a fait place à la plénitude. Pratiquer la méditation, c’est revenir au message originel du Bouddha : lâcher prise aux attachements qui nous obsèdent et nous font souffrir pour accéder à une conscience infiniment vaste, libre et apaisée. C’est possible à chacun et à chacune d’entre nous….